Tout en Bois mise sur les palettes recyclées

Tout en Bois mise sur les palettes recyclées

Extrait : 

C’est sur les réseaux sociaux et grâce à l’Etable Cowork, lieu de travail collaboratif branché sur la French Tech entre Pertuis et Avignon, qu’il s’est fait repérer. Éric Veyrat d’Urbet a créé, en mai dernier, l’entreprise Tout en Bois. Une synthèse de ce que le savoir-faire manuel, le recyclage et la créativité, conjugués aux technologies numériques, peuvent produire en termes d’innovation.

Sa principale vitrine : les réseaux sociaux

Homme-orchestre, et depuis peu chef d’entreprise, le créateur a fait carrière pendant 32 ans au sein d’Air France comme personnel au sol, développant tour à tour, entre autres, des compétences en matière d’informatique, de formateur. Lorsqu’il quitte l’entreprise dans le cadre d’un plan de départs volontaires, il lance une première affaire de transport de bagages à Marseille puis se pose dans le sud du Luberon, où il a l’idée de récupérer des bois de palettes auprès des professionnels de la région. « Une matière première au coût quasi-nul », note-t-il.

Son modèle se fonde à la fois sur le recyclage et sur les échanges de services. Ainsi a-t-il installé son atelier dans une serre des pépinières Prévoteau à Cucuron, pour qui il invente du mobilier d’extérieur, des jardinières et autres supports floraux à base de bois de palettes.

Mais sa principale vitrine, et le booster de son activité, c’est le web, à commencer par Facebook. « J’y passe deux heures par jour, c’est un moteur très efficace. Je poste mes créations, je lance des appels pour rechercher des matériaux de récupération », explique-t-il. Ses meubles (tables, étagères, lits…) et ses objets de décoration, en bois brut ou peint, sont également mis en ligne par ses soins sur son site, et la plupart du temps créés sur commande et sur mesure.

Déjà bénéficiaire grâce à des coûts limités

Avec un investissement limité à 500 euros en matériel, l’activité, à moindre coût, a démarré et l’entreprise, déjà légèrement bénéficiaire, a réalisé un chiffre d’affaires de 3 600 euros en cinq mois.

L’intégralité de l’article : https://c.ledauphine.com/economie-et-finance/2016/02/09/tout-en-bois-mise-sur-les-palettes-recyclees